l'association le musée la collection les événements la documentation la boutique l'espace d'échanges

Instrument cent pour cent d'origine normande, le cécilium est emblématique de la collection de l'association qui dispose de six exemplaires.

le cécilium

La collection au grand complet, avec de gauche à droite : un cécilium basse ténor (Coll.Espace Musical - 2011), un cécilium soprano (Coll.Espace Musical - 2016), un cécilium sopranino (Coll.Espace Musical - 2017), un cécilium basse (Coll.Espace Musical - 2016), un autre cécilium soprano (Coll.Espace Musical - 2011), un cécilium ténor (Coll Espace Musical - 2005).

Un peu d'histoire

Instrument à vent fabriqué au XIXème siècle, le cécilium s’inspire du mélophone* de Pierre Charles Leclerc (Brevet 1837). Le premier brevet du cécilium, initialement appelé symphonium, est déposé le 9 mars 1861. Le dernier brevet connu date de 1879. On estime à moins de 500 le nombre de céciliums fabriqués.
le cécilium est distingué à l’Exposition Universelle de Paris par une mention honorable en 1867 et une médaille de bronze en 1878.

Fonctionnement

Un soufflet manoeuvré par un "archet" à travers une fente en arc de cercle de la façade de l'instrument permet de faire vibrer des anches libres.
Les anches sont actionnées de manière sélective grâce à des clapets reliés par des fils de laiton au clavier situé sur la partie supérieure de l’instrument.

Jeu

Souvent utilisé en trio et en quintette, le cécilium possède un son qui se rapproche de celui d’un harmonium ou d’un accordéon.
Selon la taille de l'instrument, le ou la céciliumiste le joue comme un violoncelle ou une contrebasse.

Une méthode de pratique de l’instrument a été écrite par Jules Turin (1849-1918). Violoniste, Jules Turin s'est intéressé de très près au cécilium pour lequel il a d'ailleurs composé.



L'inventeur : Arthur Quentin de Gromard



Le cécilium, la musique pour tous et l’éducation intégrale de Paul Robin

En 1880, Paul Robin (1837-1912) prend la direction de l'orphelinat Prévost à Cempuis (Oise).
Il y met en pratique des théories sur l'éducation intégrale qu’il porte dès 1869-1870.
Convaincu que le progrès social passait par l'accès au savoir et à la culture pour tous, il a voulu donner aux enfants des classes défavorisées, en particulier, - et aux filles et aux garçons sur un pied d'égalité - une éducation complète s'adressant au corps et aux sens (pratique du sports et apprentissage manuel) autant qu'à l'intelligence et la sensibilité (pratique de la musique notamment).
Le pédagogue libertaire Paul Robin utilisera le cécilium pour faciliter le développement de la sensibilité musicale des orphelins de Cempuis.