le musée l'association les événements la collection
la documentation
la boutique l'espace d'échanges


Djalma Julliot

Djalma Julliot (20-4-1858 / 2-8-1921) a exercé à La Couture-Boussey (Eure)

Djalma Julliot est un facteur d’instruments à vent et d’accessoires de la fin du XIXème siècle.
On lui connait une adresse à La Couture-Boussey, N° 5 rue d’Ezy.

La généalogie de Djalma Julliot nous renvoie au XVIIIème siècle.
Pierre Nicolas Vauclin (1777-1859) fabrique des clés d’instruments à vent à Mouettes (Eure). Son fils et son petit-fils Philémon Ernest Vacquelin poursuivent cette activité. Marie, la fille de Philémon Ernest épouse un ouvrier de son père, Victor Julliot (1836-1901). Victor, le père de Djalma Julliot, s’installe à son compte vers 1860.
En 1880, Djalma Julliot s’associe à son père puis reprend sa succession en 1890. Il crée sa propre marque en 1894 et exerce jusqu’en 1911.
Rapidement, Djalma Julliot complète la fabrication des clés et accessoires par une fabrication d’instruments de musique en propre.
La fabrique produit des flûtes en bois et métal (maillechort et argent massif), des hautbois, des clarinettes et des piccolos.
Des ouvriers prestigieux ont contribué à l’essor de l’entreprise dont Georges Leblanc, Eugène Lorée mais aussi Auguste Buffet et Robert Launay, gendre et neveu du facteur normand.

Djalma est instruit : il fait des études secondaires à Evreux.
Outre la fréquentation de facteurs de renom, la jeunesse de Djalma est marquée par l’apparition des premières flûtes en métal et les travaux de Théobald Boehm (1794-1881).
Le musicien acousticien et facteur d’instruments à vent rationalise le système de clétage* en faisant abstraction des modèles existants pour se consacrer à la justesse et la fiabilité de l’instrument.
Il semble que Djalma Julliot partage avec T.Boehm cette même exigence de justesse, de fiabilité et de finition qui guidera ses fabrications.

Enfin Djalma Julliot a noué une relation avec Paul Taffanel, titulaire de la classe de flûte du Conservatoire National de Musique.
Avec Philippe Gaubert, le successeur de P. Taffanel, et François Borne, le facteur normand pourra confronter ses idées et les faire progresser sur la base des travaux initiaux de T. Boehm.
La collaboration avec F. Borne se traduira même par un modèle déposé Borne-Julliot et pas moins de 4 brevets (1895-1901-1902-1903).
Djalma Julliot dispose d’un magasin de vente à Paris, 28 rue Poncelet, et d’un distributeur aux USA, à Denver (Jean Mignolet).

En 1911, Djalma n’a que 53 ans quand il cède son activité.
On sait qu’il fut affecté par la mort de P. Taffanel en 1908 et que sa médaille d’argent - il espérait l’or à l’exposition universelle - l’a profondément marqué.
Pourtant le facteur compte son lot de récompenses (Or : Rouen 1896, Bruxelles 1897, Clermont 1905, Argent : Bordeaux 1895 et Paris 1900).

Clément Masson reprend avec Trotte et E. Lorée la fabrique d’instruments en 1911, puis seul jusqu’en 1956. Le gendre de Djalma, Auguste Buffet reprend la fabrication des clés et Robert Launay (neveu de Djalma) celle des anches.

Le Musée de la Couture Boussey, témoigne du passé illustre de Djalma avec deux flûtes.
Les instruments fabriqués par Djalma bénéficient d’une finition soignée et d’un son équilibré.

4 instruments nous sont connus :

Flûte traversière (Collection Espace Musical - 2005)
Piccolo en ébène (Collection Espace Musical - 2005)
Hautbois en ébène (Collection Espace Musical - 2014)
Flûte traversière en argent (Collection Espace Musical - 2014)

Sources : CAEM / Regards sur la facture instrumentale normande / Mistenflute N°6 Crédit photo : P. Joulain